Jeu et théorie du duende
EAN13
9782844852779
ISBN
978-2-84485-277-9
Éditeur
Éditions Allia
Date de publication
Collection
La Très petite collection
Nombre de pages
63
Dimensions
14 x 9 x 0 cm
Poids
50 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
792
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Texte d'une conférence prononcée en 1930, Jeu et théorie du duende “donne une leçon simple sur l'esprit caché de la douloureuse Espagne.” Mot espagnol sans équivalent français, le “duende” dérive, au sens étymologique du terme, de l'expression : “dueño de la casa” (maître de la maison). Le duende serait un esprit qui, d'après la tradition populaire, viendrait déranger l'intimité des foyers. Son second sens est enraciné dans la région andalouse. Le duende désignerait alors “un charme mystérieux et indicible”, rencontré dans les moments de grâce du flamenco, apparentés à des scènes d'envoûtement. Ces significations se rejoignent dans l'évocation d'une présence magique ou surnaturelle. Le duende provient du sang de l'artiste. “C'est dans les ultimes demeures du sang qu'il faut le réveiller”, écrit Lorca. Le duende serait une sorte de vampirisation qui injecterait un sang neuf à l'âme. De ce fait, il flirte avec la mort. En tant que forme en mouvement, García Lorca énonce que “le duende est pouvoir et non œuvre, combat et non pensée”. Là où le duende s'incarne, les notions d'intérieur et d'extérieur n'ont plus lieu d'être. Si le duende est universel et concerne tous les arts, c'est dans la musique, la danse et la poésie orale qu'il se déploie pleinement, puisque ces arts nécessitent un interprète. Or, le duende n'existe pas sans un corps à habiter. Ce minuscule décalage du regard qui donne à voir l'intervalle entre les choses, bouleverse le mode de pensée cartésien.Edition bilingue.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Line Amselem