EAN13
9782877042369
ISBN
978-2-87704-236-9
Éditeur
"Éditions Unes"
Date de publication
Nombre de pages
128
Dimensions
21 x 15,2 x 1,5 cm
Poids
256 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Je cherche l'obscurité

Poèmes 1866-1871

"Éditions Unes"

Offres

Cette édition regroupe un choix parmi les poèmes écrits par Emily Dickinson au lendemain de la Guerre de Sécession. Si les 5 années de la guerre ont coïncidé avec la période la plus intense de son activité poétique (937 poèmes entre 1861 et 1865), les cinq années qui suivent marquent un grand silence : 72 poèmes seulement de 1866 à 1870. Une forme de repli, et une intensité confiée à l’infime. Une lutte même, secrète, sous-jacente, contre « le givre de la mort », contre le malheur et la séparation. C’est le livre du vent après la guerre, le vent qui emporte tout, et terre chez eux les êtres, les montagnes et les forêts, qui bouleverse l’est et l’ouest, renverse l’horizon. C’est une recréation du monde à l’échelle du poème, une quête fragile de printemps et de paradis, alors que l’obscurité tombe, que la neige recouvre le paysage. C’est la Genèse et l’Apocalypse contenues dans un chant d’oiseau.
Emily Dickinson, qui parlait plus facilement aux fleurs qu’aux êtres vivants, joue dans le dos du jour, en quête de transfiguration, de renouveau et d’un lieu débarrassé des larmes, même si elle se sait parmi les morts, bien qu’en vie. Et c’est depuis cet entremonde qu’elle nous parle. Après ces cinq années qui résonnent comme une réponse muette aux cinq années de la guerre, le bruit des batailles finit par ressurgir dans les 48 poèmes de l’année 1871 : tambours qui cognent dans le néant, baïonnettes amères, canons sans gloire, Emily Dickinson évoque les héros couchés dans la terre au simple rang des hommes. L’oubli et l’urne, dit-elle, sont la seule rétribution. Même si, dans son monde si vivant offert aux abeilles, aux fleurs et aux oiseaux, l’invisible est toujours à portée de la main.
Avec Je cherche l’obscurité, nous continuons d’éditer la poésie d’Emily Dickinson en proposant un choix par années, qui permet de montrer les grandes lignes de force et les évolutions de son écriture poétique. Nous ne jouons pas sur les tombes se concentrait sur les poèmes de 1863 qui fut son année la plus prolifique, Un ciel étranger (cité dans les 100 livres de l’année 2019 du magazine Lire) portait sur l’année 1864, et Ses oiseaux perdus sur les dernières années de sa vie, de 1882 à 1886. Chaque volume est accompagné en postface d’une évocation d’Emily Dickinson par une poétesse d’aujourd’hui : Flora Bonfanti, Maxime Hortense Pascal, Caroline Sagot Duvauroux, et pour la présente édition Raluca Maria Hanea.
S'identifier pour envoyer des commentaires.