David Niven - Mémoires
EAN13
9782840498315
ISBN
978-2-84049-831-5
Éditeur
Séguier
Date de publication
Collection
SEGUIER
Nombre de pages
960
Dimensions
21 x 15 x 3 cm
Poids
914 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

David Niven - Mémoires

De

Traduit par ,

Séguier

Seguier

Indisponible

Ce livre est en stock chez 46 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
" Peut-être bien le meilleur livre jamais écrit sur Hollywood. " (The New York Times Book Review)
S'il fallait décerner un prix d'élégance aux acteurs, alors David Niven recueillerait tous les suffrages. Rarement le complet rayé et le trait de moustache auront été si bien portés à Hollywood, et l'on ne s'étonnera pas que Ian Fleming pût l'imaginer dans le rôle de James Bond. Est-il annoncé au casting d'un film qu'on s'attend à le voir dîner en chemise à plastron, nœud papillon et slippers aux pieds ; avec lui, on pressent surtout les dialogues ironiques et toute la panoplie de l'humour " so british " – ce tranchant de l'intelligence. Mais avant la célébrité, Niven aura connu une véritable vie d'aventures. Renvoyé pour indiscipline de plusieurs écoles britanniques, insolent à l'armée, mis aux arrêts pour insubordination, il se gagne la sympathie du geôlier en partageant une bouteille de whisky puis s'échappe par la fenêtre. On le retrouve quelques mois plus tard aux États-Unis, versé dans le plagiat littéraire, le commerce de spiritueux, la danse professionnelle et même la course de poneys, avant que le destin se ressaisisse et le pousse vers les caméras des grands studios. Ainsi débute une carrière de près de cent films avec, très vite, des rôles principaux. Niven révèle surtout une disposition pour les comédies romantiques où sa souriante désinvolture fait merveille ; il rencontre ensuite le succès international, d'abord grâce à son rôle de Phileas Fogg dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Michael Anderson (1956), puis avec Les Canons de Navarone (1961) de John Lee Thompson et Les Cinquante-Cinq Jours de Pékin (1963) de Nicholas Ray. Parus et traduits en deux volumes dans les années 1970, introuvables en français depuis, ses souvenirs sont ici republiés pour la première fois. Tout refroidit vite, la gloire d'un acteur en particulier. Mais que l'on se rassure dans les librairies : peu de choses sont aussi vivantes qu'une page écrite par David Niven." Peut-être bien le meilleur livre jamais écrit sur Hollywood. " –; The New York Times Book Review" Désopilant. " –; The Dailymail" Une lecture hilarante. " –; The Sunday Telegraph
S'identifier pour envoyer des commentaires.