Marin à terre
EAN13
9782070441518
ISBN
978-2-07-044151-8
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Poésie/Gallimard
Nombre de pages
369
Dimensions
1 x 1 x 0 cm
Poids
292 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
861.6
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

«Je voulais seulement être poète. Et je le voulais avec fureur.» Ainsi Rafael Alberti, en 1920, au sortir de l'adolescence, s'engage-t-il tout entier. De ce pari, chimérique entre tous, il ne reviendra plus. «Mon terrible, mon féroce et angoissant combat pour être poète avait commencé» notera-t-il dans son autobiographie, insistant sur cet acharnement à se réaliser poète, mais n'accordant aucune attention au credo de la prédestination poétique. La publication des trois recueils composés pendant cette période décisive permet d'affirmer que chez Alberti la volonté n'a pas brimé la grâce. Éclate au contraire dans ces pages un étourdissant plaisir de jouer avec les mots, avec les images ; et passe l'insouciante liberté de qui se tient à l'écoute de son chant originel. Même la sombre nostalgie qui semble inspiratrice première de Marin à terre doit faire place à la fougue de la création, à ce trop-plein de sève qui soudain s'émerveille aux rythmes de ses mélodies. Chaque poème, en lisière du réel et des songes, dessine sa ligne de fuite, son désir, ses secrets. Le poète perçoit, avec une évidente jubilation, l'émergence de sa voix. Déjà virtuose, il célèbre, par-delà l'univers maritime de son enfance au Puerto de Santa-Maria, l'immense territoire poétique qui affleure au fond de ses yeux. Et, pour l'heure, il ne célèbre que cela. «Ici nul ne vend rien de rien», proclame-t-il. Pas de message, pas de mots d'ordre : une fête de sonorités, de couleurs, un élan vigoureux pareil à la course du soleil en été, un bain radieux de poésie pure.
Éclate dans ces pages un étourdissant plaisir de jouer avec les mots, avec les images. Chaque poème, en lisière du réel et des songes, dessine sa ligne de fuite, son désir, ses secrets. Pas de message, pas de mots d'ordre : une fête de sonorités, de couleurs, un élan vigoureux pareil à la course du soleil en été, un bain radieux de poésie pure.
S'identifier pour envoyer des commentaires.