Reliefs n°12 Les Volcans
EAN13
9782380360219
ISBN
978-2-38036-021-9
Éditeur
RELIEFS
Date de publication
Collection
FEU
Nombre de pages
184
Dimensions
27 x 20 x 1 cm
Poids
640 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Reliefs n°12 Les Volcans

Reliefs

Feu

Offres

— Tribune
Entendons les volcans
Jacques-Marie Bardintzeff

Bien sûr, quand un volcan fait la « Une » de l’actualité, c’est qu’il est à l’origine d’une catastrophe meurtrière ! Tambora, Krakatoa, montagne Pelée… des noms qui font frémir. Sans parler de l’Eyjafjöll qui, depuis l’Islande, a cloué au sol les avions européens au printemps 2010.

Mais le volcan apparaît aussi utile : source de matières premières minérales (pierres de construction, métallogénie) ou énergétiques (géothermie), de santé (thermalisme), de loisirs (chacun rêve de voir un volcan en activité dans sa vie). Ce n’est pas un hasard si Vulcain a jadis épousé Vénus, associant volcans et beauté pour le meilleur et pour le pire. Aujourd’hui, les dynamismes volcaniques sont bien compris et modélisés, les volcanologues savent assez bien prévoir les éruptions. Mais restons modestes, il est illusoire d’«arrêter une éruption» et encore moins d’« éteindre un volcan » !

Durant les premiers temps de la Terre, le volcanisme a probablement joué un rôle important dans la formation de l’atmosphère et de l’hydrosphère, et donc dans l’apparition de la vie. Les volcans peuvent aussi modifier le climat. Lors d’éruptions explosives majeures, les cendres et les gaz (qui se transforment en gouttelettes d’aérosol) sont injectés dans la stratosphère, à 12 km, parfois à 50 km d’altitude. Entraînés par les vents de la haute atmosphère (les jet streams), ils se dispersent autour de la Terre, couvrant presque tout un hémisphère. Ils forment alors un léger voile qui filtre une partie des rayons solaires, lesquels chauffent donc moins la surface de notre globe. Paradoxalement, une éruption importante a tendance à nous refroidir ! Comme cela a été mesuré lors de l’éruption du Pinatubo aux Philippines en 1991, on note une baisse générale de température de 2/10e à 5/10e de degré, qui s’amortit entre un et cinq ans. De même, la longue éruption du Laki en Islande en 1783 et les gaz associés ont provoqué des étés «pourris » en Europe; les récoltes furent très mauvaises, entraînant des famines et une surmortalité significative. Certains pensent que ce fut une des causes de la Révolution française…

Une super-éruption mille fois plus importante, comme celles du Yellowstone (la dernière il y a 631 000 ans), aurait des conséquences terribles sur le climat : une baisse de 10 à 15 degrés dans l’ensemble de l’hémisphère nord, les ports d’Anvers et d’Hambourg pris dans les glaces, un véritable « hiver volcanique » ! Plus généralement, les grandes éruptions auraient une influence sur la circulation atmosphérique globale, le régime des cyclones, le phénomène El Niño, le trou d’ozone, l’effet de serre…

Il y a soixante-six millions d’années, à la fin de l’ère secondaire, d’innombrables espèces animales – des dinosaures aux ammonites – et végétales ont disparu. Deux coupables sont invoqués : la chute d’un astéroïde dans l’océan Pacifique au large du Mexique et les formidables épanchements laviques (les trapps) dans le Deccan en Inde sur une surface de la taille de la France. Les deux effets se sont peut-être additionnés. On note la présence systématique de trapps aux limites des ères géologiques associées aux catastrophes biologiques.

Enfin, les volcans sont-ils pollueurs ? Oui, bien sûr. Ils émettent du gaz carbonique, du dioxyde de soufre, des halogènes, du mercure… Mais les estimations montrent que l’ensemble des éruptions volcaniques terrestres produit 100 à 300 fois moins de CO₂ que l’ensemble des activités humaines. En quelque sorte,les volcans nous envoient un message amical : « Depuis quatre milliards d’années, nous savons ce que nous faisons alors que vous les humains jouez les apprentis sorciers ! »

Entendons-les.
S'identifier pour envoyer des commentaires.