La science sociale comme vision du monde, Émile Durkheim et le mirage du salut
EAN13
9782070128457
ISBN
978-2-07-012845-7
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
NRF Essais
Nombre de pages
640
Dimensions
23 x 22 x 3 cm
Poids
664 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La science sociale comme vision du monde

Émile Durkheim et le mirage du salut

De

Gallimard

NRF Essais

Offres

Voici porté un regard inaccoutumé sur la science sociale. Depuis son émergence au XIXᵉ siècle, celle-ci nourrit une double ambition : édifier une connaissance objective de la société ; mettre en œuvre cette connaissance pour remédier aux déficiences de la société. Souvent tenues pour complémentaires, ces deux aspirations se révèlent parfois difficiles à concilier. Quand l’empressement à refaire la société prend le pas sur le désir de la connaître, les théories académiques se muent en grandes visions du monde, au risque de rompre le lien entre les faits avérés et les conjectures explicatives. Pour s’en convaincre il suffit de démonter les rouages méconnus de la plus puissante synthèse jamais constituée à l’origine de la science sociale et aujourd’hui encore revendiquée comme fondatrice : l’œuvre d’Émile
Durkheim. Confrontée aux données disponibles à l’époque et replacée sur le fond des grands débats qui enflammaient alors les esprits, elle révèle son principal ressort : la promesse d’un salut séculier accompli par les seules ressources de la raison. C’est que la science sociale naissante emprunta au christianisme, par l’intermédiaire de la philosophie, ses deux idées directrices : la conviction que le monde humain est affecté par un mal qui altère l’ordre légitime des choses ; l’espoir que ce mal pourra être un jour abrogé. Quelles sont les contreparties de cette aspiration rédemptrice ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.