Nostalgie, Histoire d'une émotion mortelle
EAN13
9782021460643
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
L'Univers historique
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nostalgie

Histoire d'une émotion mortelle

Seuil

L'Univers historique

Indisponible

Autre version disponible

Au début du XIXe siècle, on « avait » la nostalgie comme on avait le typhus,
et on en mourait souvent. Ce livre raconte l’histoire de cette émotion
mortelle, depuis le premier diagnostic posé par un étudiant en médecine de
Mulhouse le 22 juin 1688 jusqu’à sa disparition à la fin de la Belle Époque.
Si la nostalgie n’est plus ce qu’elle était, encore faudrait-il savoir ce
qu’elle fut : désignée comme, littéralement, « mal du pays », brûlant désir de
rentrer chez soi, la nostalgie touchait surtout les soldats, les colons, les
esclaves ou les travailleurs migrants, tous expatriés à mesure que le monde
s’élargissait, avec la conquête de nouveaux continents, les guerres impériales
et l’expansion coloniale. Elle y fit parfois plus de morts que la violence des
combats. S’appuyant autant sur l’histoire de la médecine et de la psychiatrie,
que sur les témoignages des conscrits napoléoniens ou les études sur la «
nostalgie africaine » des colons français en Algérie, Thomas Dodman donne une
profondeur historique à ce qui est aujourd’hui un sentiment bénin inhérent à
l’espèce humaine. Effectivement, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était, et
sa transformation est aussi la question de l’historien : Pourquoi cesse-t-elle
d’être une maladie ? Comment cette pathologie de l’espace est-elle devenue, au
tournant du XXe siècle, recherche du temps perdu ? L’enquête ouvre alors des
pistes pour comprendre les inquiétudes que suscitent la modernité, le
cosmopolitisme et l’émergence d’un capitalisme bientôt triomphant. Thomas
Dodman est un historien franco-britannique, spécialiste de la France à
l’époque moderne et de l’Empire, maître de conférences à l’Université de
Columbia (New York). Il a co-dirigé Une histoire de la guerre, sous la
direction de Bruno Cabanes (Seuil, 2018).
S'identifier pour envoyer des commentaires.