Continuer

Continuer

Laurent Mauvignier

Les Éditions de Minuit

  • par (Libraire)
    1 mars 2018

    Magistral !

    MAGISTRAL !

    L’écriture riche et exigeante de Laurent Mauvignier au service d’une histoire forte en émotions et ce leitmotiv qui ne nous quitte pas de continuer…

    Anne.


  • par (Libraire)
    31 décembre 2016

    Continuer

    Un fils Samuel de 15 ans méchant, ingrat et raciste est en train de sombrer dans la délinquance Sibylle sa mère pour essayer de le sauver, l’entraine dans une randonnée à cheval à travers les montagnes du Kirghizistan. Elle doit elle-même se délivrer de son passé douloureux et de ces échecs successifs.
    Continuer quel excellent titre pour ce livre, il faut continuer coûte que coûte. Quelle émotion !!!!


  • par (Libraire)
    15 décembre 2016

    Conseillé par Anne-Marie

    Une mère dépassée emmène son fils à la dérive dans un périple équestre au Kirghizistan. Pour le remettre d'aplomb, reprendre contact avec lui et avec ses propres valeurs. Laurent Mauvignier saisit fermement chacun de ses personnages, avec nos peurs et nos haines - celles de notre époque. Poignée de mains abrupte et généreuse, à saisir.


  • par (Libraire)
    4 novembre 2016

    Sybille, déboussolée face à sa vie, face à la dérive de son fils adolescent, leur organise une randonnée à cheval dans le Kirghizistan.

    Les paysages de montagnes, arides, froids sont le théâtre de l'incompréhension mutuelle, des non-dits, des rancœurs entre la mère et le fils. Heureusement, les rencontres avec les autochtones accueillants, chaleureux sont une occasion de répit.

    Un roman splendide où la chute, physique ou morale, n'est jamais loin mais qui nous dit d'aller au-delà de nos préjugés, de nos peurs.


  • par (Libraire)
    14 octobre 2016

    "Continuer"

    Un roman en forme d'hymne à l'amour maternel ; un roman fort et sensible sur une mère qui décide de sauver son fils en rupture de ban en l'emmenant dans un périple à cheval au fin fond de l'Asie Centrale. Un livre ou les chevaux sont les miroirs des hommes, ou la nature sauvage et abrupte renvoie aux sentiments des protagonistes et ou chacun retrouvera sa place au monde grâce au pouvoir de l'altérité... Un très grand livre !!!


  • 11 octobre 2016

    amour, vie

    Quel texte riche et fort !

    Je découvre l’auteur avec ce nouveau roman qui s’inspire d’un article lu dans Le Monde en août 2014.

    Pourtant, ce texte n’a rien du récit d’un fait divers.

    J’ai aimé Sybille, ses zones d’ombre, son passé qu’elle ne peut affronter. Son mari m’a agacé, qui ne pense qu’à lui. Son fils m’a intrigué, rempli de colère mais timide et mutique.

    Leur randonnée à cheval au Kirghizistan n’avait rien pour me passionner. Et pourtant, j’ai aimé les leçons de vie, les découvertes que chacun fait sur soi, ou se refuse à faire.

    J’ai aimé la musique de fond que mère et fils partage en secret, sans se le dire. Une chanson sur laquelle on a dit et écrit pleins de choses : Heroes de David Bowie.

    Un leitmotiv qui revient sans cesse : continuer. Parce qu’on n’a pas le choix. Pourtant, parfois, on ne peut pas. Qu’il est difficile de continuer….

    Surtout, le dernier chapitre m’a ému en touchant une corde sensible.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du pays, le Kirghizistan, désertique, mais aux habitants au grand coeur.

    alexmotamots.fr


  • 9 octobre 2016

    Coup de coeur

    J'ai dévoré la première moitié en un voyage en train et heureusement, mon court voyage s'est arrêté, m'obligeant à faire un pause et à retarder le moment où je quitterai ce roman. Je ne le savais pas encore mais ce roman ne me quittera pas avant bien longtemps car si j'ai beaucoup aimé la première moitié, c'est la seconde qui m'a emportée. En le lisant, je me suis dit qu'il n'y en avait pas tant que ça des auteurs dont l'écriture me transporte à ce point à chaque fois et je les chéris d'autant plus, ces auteurs dont la seule plume me bouleverse. Il se trouve que pour la première fois, Laurent Mauvignier m'a aussi tiré des larmes dans ce roman et étrangement, pas par rapport à la relation mère-fils, ni par rapport au passé douloureux de Sybille (encore que, je crois que les larmes étaient tout près à ce moment-là) mais c'est à travers les yeux du père, qui en prend plein la figure mais que l'auteur réhabilite grâce à ce magnifique passage où il découvre un papillon alors qu'il a vu partir une chenille. En plus du sujet- cette relation mère-fils qui me semble différente de la relation mère-fille, construite en partie sur les étapes partagées dans le fait de devenir femme et sur la complicité qui en découle- et de l'écriture, il y a le dépaysement. Ce roman aurait aussi pu s'appeler Réparer les vivants. Mais l'infinitif du verbe continuer lui convient aussi très bien. J'ai tellement envie de vous dire de vous lancer dans l'aventure, de découvrir ce regard de parents portés sur leur fils aimé mais qui leur échappe, ce qui est le propre de la relation parent/ adolescent. C'est lorsque l'adolescent devient capable d'accepter ses parents sans les juger qu'il devient un peu adulte. C'est un très beau roman d'amours au pluriel, lumineux même s'il est parsemé de nuances de gris ou de noir, qui évoque les liens dont il faut savoir se défaire (il y a un magnifique passage sur ceux qu'on laisse hanter nos nuits alors qu'il nous faut continuer à vivre, qui peut d'ailleurs s'appliquer à la fin de toute relation amoureuse). Continuer sans nous forcer à porter des fardeaux mais continuer en se battant pour ceux qui sont essentiels et transmettre ce qui vaut la peine de l'être.


  • par (Libraire)
    4 octobre 2016

    Gros coup de cœur pour le très beau roman de Laurent Mauvignier paru en cette rentrée littéraire aux éditions de Minuit: la perte de soi entraînant la perte des autres emmène peu à peu au bord du gouffre une femme divorcée avec un fils de quinze ans, Samuel. Consciente tout à coup des dérives vers lesquelles celui-ci s'enfonce, elle décide de partir pour plusieurs mois avec lui, pour une chevauchée lointaine. Un roman fort sur l'incompréhension, la difficulté de communiquer, le mal être mais aussi l'amour qui peut faire traverser le monde. Un voyage superbe pour se retrouver...


  • par (Libraire)
    28 septembre 2016

    Idée cadeau n°5 !

    Dans une tentative désespérée de renouer un lien avec son fils et de la sauver de son propre mal-être, Sibylle emmène Samuel parcourir le Kirghizistan à cheval. Pendant plusieurs semaines chacun tentera de démêler l'imbroglio de sentiments qui les empêchent d'avancer. Jusqu'à l'implosion / la délivrance finale ?
    Magnifique !


  • 25 septembre 2016

    La chevauchée héroïque

    Se mettre en danger pour se sauver. Sibylle femme fragile, imprévisible, qui a un peu tout raté dans sa vie et son fils Samuel grand ado à la dérive, partent pour plusieurs mois, seuls à cheval, en Asie Centrale dans les plaines et montagnes du Kirghizistan, pays des chevaux célestes. C’est à son corps défendant que Samuel se trouve embarqué par sa mère dans ce qu’il considère comme une galère. Déterminée, elle veut renouer avec ce fils qui lui échappe et retendre les fils de sa propre histoire.

    Pour ce voyage Sibylle fait le choix de tous les sacrifices: vendre sa maison de famille, couper court avec sa vie et tout ce qui nuit à Samuel pour reprendre à zéro une relation altérée par les séquelles d’un divorce et des espoirs ceinturés . « Qu’on balance ce putain de monde qui nous sépare les uns des autres et qu’on arrête de prendre pour inéluctable ce qui ne l’était, que par notre passivité, notre docilité, notre résignation».

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 23 septembre 2016

    Bouleversant de justesse

    Incroyablement habile et si proche de nos propres émotions, ce roman touche au coeur et se tourne vers le fils ou la mère, mais aussi l'homme qui grandit et celui qui ne veut pas grandir, la femme qui souffre et ne peut renoncer. Nous sommes tout cela à la fois dans ce roman magistral. Il mérite à mes yeux tous les prix !


  • par (Libraire)
    19 septembre 2016

    Tendu comme un arc

    La mère est une femme brisée par un traumatisme ancien. Le fils un adolescent sans repère, paralysé par ses peurs, agressif. Elle va tout laisser pour l'emmener dans un voyage à cheval dans les steppes kirghizes. C'est un roman d'aventure et de danger. L'écriture, tendue comme un arc, met le lecteur en apnée, l'histoire fait le reste, racontée alternativement par chacun des protagonistes. Quand la crise et la violence se transforment en initiation à la vie.


  • par (Libraire)
    19 septembre 2016

    Rater sa vie, Sybille connaît.
    Mais quand son ado de fils vrille, ç'en est trop.
    Contre tout bon sens, elle le déracine par une chevauchée sauvage en pleine rocaille du Kirghizistan.
    Un époustouflant roman d'aventure actuel ; tout l'amour d'une mère pour son fils.
    Peut-on renouer quand on s'égare ?
    Peut-on seulement continuer ?
    Un GRAND Mauvignier.

    Hugo.


  • par (Libraire)
    6 septembre 2016

    Sybille est une mère dépassée. Elle ne communique plus très bien avec son fils Samuel, qui semble s'être réfugié dans son monde d'adolescent "autiste" au monde qui l'entoure.
    Elle-même perturbée par un passé qui l'encombre et par une relation amoureuse ratée, elle ne sait plus très bien où elle en est.
    C'est alors qu'elle décide d'entrainer son fils dans une aventure inattendue: un voyage au Kirghizistan. Loin de tout et de tous, ils vont essayer de se reconstruire, de se retrouver...
    Ce récit percutant de bout en bout gagne en intensité page après page pour nous livrer une fin en apothéose.
    Toujours pudique, toujours juste, jamais donneur de leçons, l'auteur guide ses personnages vers le meilleur: acceptation de soi et compréhension de l'autre.
    Un très bel hymne à l'amour.


  • 5 septembre 2016

    magistral !

    Un divorce houleux, une installation à Bordeaux où "elle croyait connaître des gens avant de s’apercevoir que c’était plutôt son mari qu’ils connaissaient, pas elle ", Sybille que l’on dit avoir tout raté (les grandes ambitions de sa jeunesse, son mariage) est l’ombre d’elle-même. "Victime collatéral" du déchirement de ses parents, son fils Samuel âgé de seize ans l’ignore ou presque et part à la dérive. Un électrochoc pour Sybille qui ne peut pas laisser sombrer son fils ou continuer à l’entraîner dans sa propre chute. Elle décide de quitter son emploi d’infirmière pour plusieurs mois, de vendre la maison de ses parents et de partir avec Samuel au Kirghizistan. Un périple à cheval, leur passion commune avant que Samuel ne décroche, afin qu’il puisse "reconstruire sa vie, redonner du sens à la vie, tout remodeler".

    Des scènes grandioses à couper le souffle avec les chevaux (qui semblent comme suspendues hors du temps), des sentiments violents et larvés de Samuel envers sa mère, son mépris envers les personnes qui les accueillent et dont il ne comprend pas la langue, de Sybille dont on apprend par bribes le passé, Laurent Mauvignier excelle à décrire les sentiments et les différentes relations. Que ce soit la figure du père pour Samuel mise sur un piédestal, l’amour de Sybille pour son fils, la relation conflictuelle entre l’adolescent et sa mère qui se débat avec ses anciens démons en espérant voir Samuel s’ouvrir sur l’extérieur.

    Du regard du fils sur sa mère (et c’est très juste et réaliste ce portait de Samuel qui saisit à la perfection le mal-être, la colère et la peur) et inversement, des chevauchées à travers ce pays dont Sybille a préparé l’itinéraire de voyage, des imprévus au danger, tout est admirable.
    Avec des allers-retours entre passé et présent avec en fond une chanson de Bowie, l’écriture est tout simplement sublime. Nerveuse, brutale ou plus douce pour ce roman intimiste, bouleversant, optimiste entre une mère et son fils et qui rend parfaitement le contexte social actuel.
    Un livre magistral !

    "Il ne comprend pas, quelque chose est en train de soulever sa mère et de l'emmener vers une zone d'elle-même dont il ignore tout. Et ça, Samuel en est troublé, il la regarde avec l'envie de lui sourire –et peut-être même que depuis tout à l'heure il sourit vraiment, comme un fils peut sourire à sa mère, avec pudeur et amour, avec une forme de tendresse et de complicité qui se passe de mots parce qu'elle les contient tous, dans le secret d'un sentiment qui les dépasse. "


  • 5 septembre 2016

    Coup de cœur de Laurence

    Sybille plaque tout pour passer du temps avec son fils et tenter de lui réapprendre les vraies valeurs de la vie. Leur périple équestre dans les montagnes de Kirghizistan leur permettra-t-il de se retrouver ?

    Continuer d'y croire.
    Continuer d'espérer.
    Continuer d'aimer.

    A lire

    Laurence


  • par (Libraire)
    3 septembre 2016

    Jusqu'où un parent est prêt à aller pour "sauver" son enfant ? Dans les montagnes kirghizes pour l'héroïne de ce livre.
    Laurent Mauvignier nous donne une très belle histoire à découvrir, une relation forte et difficile entre un fils et sa mère.
    Aller ailleurs pour se retrouver et se reconstruire. Un très beau livre.


  • par (Libraire)
    2 septembre 2016

    CONTINUER

    Dans les montagnes du Kirghizistan, une mère et son fils adolescent sont lancés dans un périple à cheval. Seul issue possible les retrouvailles. Fabuleux et intense « continuer » est un des grands romans de cette rentrée !


  • par (Libraire)
    2 septembre 2016

    Pour éviter à son fils de vivre le même échec qu'elle, Sybille prend la décision radicale et courageuse, un peu extrême même, de traverser à cheval les montagnes du Kirghizistan.
    Des personnages emplis d'un mal-être qu'ils devront dissoudre à travers les steppes et les montagnes, pour continuer à vivre, continuer à y croire, à espérer. Qui sauvera qui?
    Céline


  • par (Libraire)
    1 septembre 2016

    Re-naissances

    Roman réaliste de l'introspection et du cheminement au cœur des contrées montagneuses du Kirghizistan. La confrontation avec la nature et les chevaux comme un retour aux sources, loin du confort de la sédentarité urbaine autorise Sibylle et son fils adolescent à de nouveaux rêves, un nouveau départ, une renaissance, à l'autre et à soi, une possible appréhension du monde extérieur et contemporain qui leur est devenu étranger presque dangereux. Au sein des grands espaces sauvages, l'intime est révélé.


  • par (Libraire)
    31 août 2016

    Le fils de Sibylle va trop loin. Elle l'avait senti, vu venir mais elle était trop loin, elle aussi. Loin d'elle-même, de ce qu'elle était plus jeune quand la vie lui souriait. Alors elle décide que tout doit changer et emmène Samuel au Kirghizistan faire du cheval pendant plusieurs mois.
    Ce sera un voyage au bout de soi-même pour la mère et le fils. Un voyage à la rencontre de l'autre qui leur permettra de continuer....


  • par (Libraire)
    26 août 2016

    Un roman intimiste dans les grands espaces d'Asie

    Samuel est un adolescent en perdition, en butte avec ses parents et leur divorce dont il a l'impression de payer les pots cassés. Un soir, il va tellement loin que sa mère, Sibylle,comprend qu'il faut réagir. Elle vend tout et les voilà partis tous les deux pour une randonnée à cheval (leur passion commune, la dernière) de plusieurs mois au Kirghizstan. Évidemment, rien ne se passe comme prévu et Samuel s'enferme dans son mal-être tandis que Sibylle s'enfonce peu à peu dans cette dépression larvée qu'elle traîne depuis presque vingt ans... jusqu'au drame !
    Laurent Mauvignier nous livre ici un roman intimiste dans les grands espaces d'Asie : fort et attachant.


  • par (Libraire)
    25 août 2016

    Un très beau roman

    Adolescent, Samuel est en perdition. Sybille, sa mère, décide donc de larguer les amarres et de l’emmener pour un périple à cheval au Kirghizistan.
    Aventure extrême et voyage initiatique pour tenter de retrouver le cœur de ce fils perdu, "Continuer" est le récit intime et bouleversant de deux solitudes, deux êtres qui se révèlent à eux-mêmes.
    C’est un très beau roman de Mauvignier.


  • 9 août 2016

    Une analyse très fine des relations mère fils qui emprunte tant au récit de voyage qu'au roman psychologique. Le tout servi par une écriture ultra précise, nerveuse. Un livre habité qu'on ne lâche qu'à regret. Du grand Mauvignier !


  • par (Libraire)
    15 juillet 2016

    Coup de coeur de Rémi

    Encore une fois, Laurent Mauvignier porte ses personnages avec talent et justesse. Sybille, la mère un peu dépassée, un peu paumée, qui s'abîme peu à peu dans l'ennui de sa propre vie. Samuel, son fils, dans une adolescence rebelle, entier comme on l'est à son âge, sur la pente qui pourrait le mener à la délinquance...
    Quand le duo part en trek au Kirghizistan, on ne sait pas lequel des deux doit d'abord se reconstruire...

    Un roman époustouflant par un auteur habitué aux coups de maître. C'est juste, c'est beau, c'est incroyablement juste, c'est démesurément beau.
    Du grand art !