Fuki-no-tô, L'ombre du chardon

Aki Shimazaki

Actes Sud

  • 25 mai 2018

    L'homosexualité au Japon

    Ce que j’aime dans les romans d’Aki SHIMAZAKI, c’est la douceur et la lenteur qui s’en dégage.

    Pas de scandales, pas de cris, tout dans le feutré.

    Dans le couple du roman, chacun découvre que l’autre le trompe, mais il n’y a pas d’éclats.

    J’ai aimé le séjour d’Atsuko sur l’île de Sado avec son amie, leurs instants dans la salle de bain japonaise.

    L’auteure finit sur une fin ouverte.

    Lu lors d’une calme après-midi, je ne suis pas certaine d’en garder un souvenir impérissable.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du taillis de bambous qu’Atsuko se promet de discipliner.

    http://alexmotamots.fr/fuki-no-to-aki-shimazaki/


  • par (Libraire)
    18 mai 2018

    Après quelques années en ville Atsuko reprend la ferme de son père. Ce retour à la campagne avec son mari et leurs 2 enfants se passe au mieux jusqu'au jour où elle retrouve une amie de lycée. Une nouvelle fois AKi Shimazaki nous embarque dans son univers poétique. Elle aborde ici le thème de l'homosexualité toujours tabou au Japon. Que de beauté!
    Valérie


  • par (Libraire)
    15 mai 2018

    Atsuko mène une existence paisible dans la ferme biologique qu'elle a montée il y a quelques années. Elle, son mari et leurs deux enfants profitent du bien-être que leur procure la vie à la campagne. Le couple a mis à profit cette nouvelle existence pour se relever après une aventure conjugale du mari qui aura duré quelques mois. Pourtant, lorsque Atsuko engage une amie d'enfance pour l'aider à la ferme, tout bascule. Son mariage et ses convictions seront tour à tour remis en question. 
    Fuki-No-To est la suite directe de Azami, le premier volume de la dernière série de Aki Shimazaki. On y découvre un portrait de femme touchant, ainsi qu'une très belle histoire d'amour. L'auteure continue sur sa lancée. Toujours aussi juste, elle dit beaucoup en peu de mots et nous ensorcelle une nouvelle fois.


  • 14 mai 2018

    Japon et changements de vie ...

    Une ferme biologique, un héritage familial à repenser, désirs et sexualité au Japon, un amour de jeunesse et couple secoué ...
    Quelle finesse de plume pour observer ces sensibles tourments, vous verrez !
    L'auteure est japonaise mais nous fait l'honneur d'écrire en français, c'est dire toute la délicatesse composée ici et perceptiblement conjuguée.


  • par (Libraire)
    7 mai 2018

    poétique et féminin

    Un joli roman contemplatif et poétique sur la féminité et les sentiments amoureux.


  • par (Libraire)
    28 février 2018

    Dans la petite ferme biologique qu'elle a hérité de son père, Atsuko semble mener une vie sereine aux côtés de sa famille. Ses enfants, adolescents, sont de plus en plus autonomes et son mari peut être fier du journal qu'il a lancé. Pourtant, quelques années auparavant, tout n'était pas si simple. Atsuko découvrait que son mari avait une liaison et lui proposait le divorce. Aujourd'hui, la vie a repris son cours, Atsuko a finalement pardonné les écarts d'un homme prêt à se racheter en sacrifiant beaucoup pour elle. Alors, lorsque Fukiko, une jeune femme avec qui elle avait entretenu une amitié amoureuse au lycée, ressurgit dans sa vie, le doute s'installe.

    Dans ce nouveau cycle intitulé L'ombre du chardon et tout particulièrement dans ce quatrième opus, Aki Shimazaki évoque, à travers la métaphore de la nature, différentes féminités. Toujours avec poésie et sensualité, elle parle d'un sujet encore très tabou au Japon, l'homosexualité.
    Si la lecture de ce texte prend tout son sens à la rencontre des autres titres du cycle, il peut également se lire indépendamment et n'en perd pas pour autant son intérêt.